Saga Musik 4, salon de la musique africaine ou burkinabè ?

Prestation Koudédé (Niger)

Ce ne sont pas seulement les journaux qui font cette erreur. Si vous êtes un fanatique de la titrologie, vous saurez que ce qui est figure en manchette d’un journal en kiosque ou bien en gros titres ne reflète pas à tout prix le contenu de l’article en page intérieur. Eh bien, cet écart existe aussi dans les projets culturels.
En empruntant un taxi, ce samedi 28 janvier 2012 en direction de l’Institut Français Georges Mieles de Ouagadougou, j’étais préparée à passer une belle soirée musicale. Coïncidence, le seul passager de la veille Mercedes Benz avait assisté au premier concert live de Saga Musik, la veille. Et c’est avec grand plaisir qu’il nous a aidés (mon ami et moi) à indiquer au chauffeur la bonne situation du centre culturel.
Mon compagnon curieux a demandé à notre interlocuteur s’il se rendait ainsi la seconde soirée. Celui-ci a répondu avec un grain de regret qu’il n’avait pas d’invitation pour ce round-là. Il a rajouté fièrement que c’est grâce au carton d’invitation offert par l’organisateur, qu’il a pu suivre le concert.
On apercevait d’ailleurs sur le tableau de bord du taxi le flyer de Saga Musik. Ce morceau d’affiche définissait bien l’événement : Salon de la musique africaine. La manifestation était à sa 4e édition du 27 au 28 janvier 2012.
Kunde Blues était là. Koudédé était là. Smarty du groupe Yeleen était là. Je ne pourrai en dire de même pour Jah Verity, car j’avais déjà quitté les lieux.
Mais en feuilletant le programme du centre culturel français, je me suis aperçu d’un détail non des moindre. Ces deux concerts live ont présenté 6 artistes du Burkina (Patrick Kabré, Bil Aka Kora, Faso Kombat, Kunde Blues, Smarty et Jah Verity) et 2 autres (N’Tangu Yi Fueni Brass Band, Koudédé) de la région d’Afrique de l’ouest et du centre, à savoir le Congo Brazzaville et le Niger. Avec cette supériorité en nombre, s’agit-il réellement de la musique africaine ? Est-ce que les promoteurs ne nationalisent pas leur projet sans s’en apercevoir ? Pourquoi cette faible représentation des autres pays d’Afrique ? Ou bien, Saga Musik s’est-il laissé influencer par l’exposition sur les Musiques Voltaïques ouverte du 19 janvier au 8 février 2012 à l’institut français ?
Revenons à notre sympathique informateur, artisan en teinture batik. Tout sourire, il nous annonçait qu’il y aura du beau monde ce soir-là puisque le groupe Yeleen sera de la partie. Je me suis dit voilà sans doute un autre épisode à suivre sur ce duo qui n’est pas encore très clair sur sa cohésion. Sur ce coup, il a eu raison car les fans de Smarty ont shooté de leur portables, cameras et appareils photos sa prestation. Ils l’ont applaudi et chanté en chœur avec lui. L’avoir vu slammer et toaster sur des airs de reggae m’ont ravie. Le rappeur burkinabé a entamé et terminé son show sur un refrain d’espoir. C’est cet esprit que j’attends une prochaine édition plus colorée. Mon Saga Musik est fini.

Ce ne sont pas seulement les journaux qui font cette erreur. Si vous êtes un fanatique de la titrologie, vous saurez que ce qui est figure en manchette d’un journal en kiosque ou bien en gros titres ne reflète pas à tout prix le contenu de l’article en page intérieur. Eh bien, cet écart existe aussi dans les projets culturels.
En empruntant un taxi, ce samedi 28 janvier 2012 en direction de l’Institut Français Georges Mieles de Ouagadougou, j’étais préparée à passer une belle soirée musicale. Coïncidence, le seul passager de la veille Mercedes Benz avait assisté au premier concert live de Saga Musik, la veille. Et c’est avec grand plaisir qu’il nous a aidés (mon ami et moi) à indiquer au chauffeur la bonne situation du centre culturel.
Mon compagnon curieux a demandé à notre interlocuteur s’il se rendait ainsi la seconde soirée. Celui-ci a répondu avec un grain de regret qu’il n’avait pas d’invitation pour ce round-là. Il a rajouté fièrement que c’est grâce au carton d’invitation offert par l’organisateur, qu’il a pu suivre le concert.
On apercevait d’ailleurs sur le tableau de bord du taxi le flyer de Saga Musik. Ce morceau d’affiche définissait bien l’événement : Salon de la musique africaine. La manifestation était à sa 4e édition du 27 au 28 janvier 2012.
Kunde Blues était là. Koudédé était là. Smarty du groupe Yeleen était là. Je ne pourrai en dire de même pour Jah Verity, car j’avais déjà quitté les lieux.
Mais en feuilletant le programme du centre culturel français, je me suis aperçu d’un détail non des moindre. Ces deux concerts live ont présenté 6 artistes du Burkina (Patrick Kabré, Bil Aka Kora, Faso Kombat, Kunde Blues, Smarty et Jah Verity) et 2 autres (N’Tangu Yi Fueni Brass Band, Koudédé) de la région d’Afrique de l’ouest et du centre, à savoir le Congo Brazzaville et le Niger. Avec cette supériorité en nombre, s’agit-il réellement de la musique africaine ? Est-ce que les promoteurs ne nationalisent pas leur projet sans s’en apercevoir ? Pourquoi cette faible représentation des autres pays d’Afrique ? Ou bien, Saga Musik s’est-il laissé influencer par l’exposition sur les Musiques Voltaïques ouverte du 19 janvier au 8 février 2012 à l’institut français ?
Revenons à notre sympathique informateur, artisan en teinture batik. Tout sourire, il nous annonçait qu’il y aura du beau monde ce soir-là puisque le groupe Yeleen sera de la partie. Je me suis dit voilà sans doute un autre épisode à suivre sur ce duo qui n’est pas encore très clair sur sa cohésion. Sur ce coup, il a eu raison car les fans de Smarty ont shooté de leur portables, cameras et appareils photos sa prestation. Ils l’ont applaudi et chanté en chœur avec lui. L’avoir vu slammer et toaster sur des airs de reggae m’ont ravie. Le rappeur burkinabé a entamé et terminé son show sur un refrain d’espoir. C’est cet esprit que j’attends une prochaine édition plus colorée. Mon Saga Musik est fini.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s